Pourquoi je ne m’épilerai jamais pour un homme

– Parce que les poils féminins n’ont jamais été pour moi le signe d’un manque d’attention pour autrui ou d’impolitesse (pas plus que les poils masculins dont étrangement on parle assez peu n’est-ce pas…)

– Parce que je ne vois pas pourquoi ce seraient toujours les mêmes qui devraient s’adapter aux normes propulsées par une société qui ne me semble pas si saine et équilibrée que ça

– Parce qu’exiger une chose que soi-même on ne ferait jamais, je trouve ça tout bonnement injuste, et même révoltant

– Parce que que si ça commence par ce qui est malheureusement vu comme une évidence de nos jours ça peut très bien continuer avec : j’aime pas tes règles, tes sécrétions, tes fesses, tes seins, ta cellulite, ton ventre, tes cheveux, ton nez ou tes mollets (et que dans ces cas là, mieux vaut opter pour une poupée faite sur mesure, non pour un être humain)

– Parce que ce sont quand même plus souvent les hommes qui se permettent de juger les femmes sur leur apparence physique et que ça n’est pas parce qu’ils sont nos proches / intimes vis à vis de nous qu’ils doivent automatiquement avoir des réactions de proprios

– Parce qu’insinuer que je suis sale ou négligée sous prétexte que j’ai fait ce choix là je trouve juste ça ridicule et pathétique (d’autant plus que certains sont très mal placés pour me faire des leçons d’hygiène (il est connu aussi que les hommes prennent moins soin d’eux que les femmes, y compris pour des choses élémentaires, et que de toute façon l’épilation est plus une mutilation qu’un soin))

– Parce que je ne pense pas qu’il soit logique que je défende des idées subversives et que parallèlement j’accepte de m’épiler parce qu’on va me le demander

– Parce que je ne me vois pas non plus manquer de respect à mes zones intimes en leur faisant subir une violence (même minime selon certains points de vue) que je trouve inutile et absurde

– Parce que je ne trouve pas ça logique qu’on loue ma chevelure pour aller dire qu’il ne faut plus rien ailleurs (mes poils peuvent être sympas aussi non ?)

– Parce que je suis une femme pubère / majeure, pas une gamine de huit ans

– Parce que j’ai envie de m’afficher ainsi, solidairement avec les femmes qui tentent de résister, plutôt que d’obéir à des formatés

– Parce que j’ai envie de continuer à apprendre à m’accepter comme ça, et que finalement je trouve ça plutôt logique et équilibré d’avoir du poil aux aisselles et sur le mont de Vénus

– Parce que mes poils symbolisent pour moi une sexualité libre et active et que je tiens à cette cohérence là

– Parce que ça me rappelle des scènes pathétiques du passé où rien qu’avec un rasoir de dernière minute je me coupais lamentablement la peau, et même les ongles (très glamour une peau à peu près lisse bardée de pansements sanguinolents)

– Parce que j’aimerais qu’on m’accepte telle que je suis, tout simplement

– Parce que je trouve ça gonflé d’aller demander pareille chose à une personne qu’on connaît suffisamment pour savoir qu’elle se questionne régulièrement et tente de résister aux injonctions ambiantes

– Parce que c’est mon corps, et que c’est moi qui décide

– Parce que j’aimerais peut-être aussi qu’un partenaire soit solidaire de mes combats, voit la chose autrement que sous un angle purement esthétique (soit discutable), et me les caresse tendrement parce qu’il est de mon côté

– Parce que les poils incarnés, trop peu pour moi

– Parce que si on se plie aux caprices de chaque personne avec qui on couche, on n’en finit jamais, et que cela ne rime à rien, n’apporte rien à personne, et qu’on risque de finir par s’y perdre nous-mêmes (les girouettes s’étourdissent aux quatre vents)

– Parce qu’aller me chanter que cela empêche certaines pratiques ne sont que des prétextes fallacieux

– Parce que si jamais je change d’avis un jour (c’est mal barré mais supposons) je voudrais que cela soit, à défaut de mon propre chef, dû à une autre raison qu’une injonction de partenaire conditionné

– Parce qu’au fond je ne vois ni ce que cela m’apporterait à moi ni ce que cela apporterait à l’autre de se soumettre à un diktat pareil

– Parce que je ne comprends pas qu’un homme puisse se satisfaire d’une femme qui se présente comme étant lisse contre son gré (et qu’il faut par là, je pense, se poser de sérieuses questions à son sujet)

– Parce que la comparaison avec les poils de barbe que les hommes coupent et rasent parfois ça ne tient pas la route (le partenaire demande une modification des zones intimes à ce que je sache, et c’est tout un autre contexte / une autre symbolique)

– Parce que de toute façon je ne leur ai pas demandé leur avis à ce sujet

– Parce que j’aime les esprits libres et qu’un esprit libre ne me demanderait jamais ça

J’écris sous le coup de la colère après avoir parcouru des tas d’espaces où les femmes qui gardent leurs poils sont traitées comme des monstres sales et répugnants. Me reviennent aussi en mémoire des réflexions dont je me serais bien passée et qui ont été proférées dans des moments où l’émotion aurait dû balayer logiquement la petite pique au sujet d’un malheureux petit duvet.

Pour rappel je ne me suis jamais épilée les jambes, la vulve ou les bras. Rasée plus jeune, oui, jusqu’à mes 28 ans environ (mais ça n’était jamais assez pour certains bien entendu…)

J’ajoute que je ne suis pas nécessairement pour le 100% naturel (inutile donc de me sortir du « hippie » ou de me chercher la petite bête avec des arguments qui ne tiennent pas debout) : il m’arrive d’épiler un ou deux poils que je jugerais mal placés ou superflus, tout comme il m’arrive de le mes égaliser / couper tout comme je le ferais avec mes propres cheveux.
Je me maquille aussi et me tatoue parfois au henné (et il est vrai que pour cela il faut parfois un espace de peau lisse, exceptionnellement), activités qui bien que contestables aux yeux de certain-e-s m’apparaissent comme étant plus ludiques que la mutilation qui consiste à tenter de nous transformer en baigneurs plastifiés.

On me dit bornée (quel beau retournement de situation n’est-ce pas), mais je sais que j’ai raison. Raison de m’écouter moi avant tout au détriment des goûts de la masse, raison de me passer d’un geste qui comme je l’ai dit plus haut ne m’apportera rien de positif, ni à moi, ni à d’autres.

Je ne demande pas qu’on admire mes poils, ni mon physique, d’ailleurs, juste qu’on respecte mes choix de les laisser pousser, et par là même ce que je peux en dire / en penser.

J’ai sans doute oublié de bonnes raisons de ne pas céder à l’épilation notamment pour un amant, je compte sur vous pour les ajouter dans les comment-taires.

Merci à vous de m’avoir lue et d’être, non à mes côtés, mais peut-être simplement de mon côté.

***

A lire aussi :

http://www.infokiosques.net/lire.php?id_article=509 (« Les poils »)

http://sandrine70.wordpress.com/2012/03/20/pour-ne-plus-en-finir-avec-le-poil-feministes-hysteriques-et-poilues/

http://lesquestionscomposent.fr/mort-au-poil/

Et écouter CAS Libres, ça fait parfois (souvent) du bien aussi : http://cas-libres.poivron.org/thematiques/les_poils/

~ par chaminou sur 19/04/2012.

11 Réponses to “Pourquoi je ne m’épilerai jamais pour un homme”

  1. Parce que garder ses poils c’est résister à cette idée misogyne que le corps des femmes en général doit être altéré pour être enfin toléré.

  2. Ben si nous devions toujours nous en tenir aux jugements des autres pour ne serait qu’espérer exister, nous ne nous en sortirions pas ! Moi par exemple, je suis moche à mourir, ben je mène tout de même ma vie comme je l’entends (justement parce que c’est MA vie).

    Pour ton billet, le peu de filles qui ont eu assez pitié de moi pour me faire connaître l’amour ne voulaient même pas que je puisse jeter un œil sur leur beauté féminine si elles n’étaient pas épilées. Je n’ai jamais eu à réclamer quoi que ce soit, surtout que je m’en fous des poils. Mais il y avait tant de gêne de leurs parts qu’aborder le sujet (de le non-épilation) eût été inutile. Chacun ses choix, bien que cela puisse être perçu comme égoïste pour celles qui luttent pour un autre monde. 😥

    Je te salue, en espérant que tu ne rencontres pas trop d’hostilité quant à tes choix.

    • Oui, les femmes ont elles-mêmes intégré qu’avec leurs poils elles n’étaient pas montrables en effet. Voilà qui est bien triste… Pour ma part je ne rencontre pas trop d’intolérance et à la moindre remarque, je fais des piqûres de rappel et n’hésite pas à attaquer à mon tour, tout en me gardant bien sûr de mépriser ou d’imposer à mon tour (…une épilation intégrale de la part des hommes qui pourraient me juger négativement par exemple). N’empêche que le peu que je puisse subir à ce sujet (même si le pire est sans doute à conjuguer au passé) m’enrage et me révolte, comme tu as pu le lire ! Et bien sur nous avons tous/tes le droit d’exister dans toute notre diversité (non mais !).

  3. Je suis de ton côté, d’accord avec ce que tu dis mais je dis aussi que tu es courageuse et que si je me rase les jambes et les aisselles (pas les parties intimes) c’est pour ne pas avoir de réflexions !

    • Oui, je comprends tout à fait ça aussi… Parfois il m’arrive encore de cacher mes poils car il y a des situations où seule face à une meute d’intolérance, le choix ne nous est guère laissé. Bon courage en tout cas, car je sais qu’il en faut bien peu pour être dénigrée, surtout à ce niveau là !

  4. Merci pour cet article !

    De la part d’une poilue 😉

  5. Je suis de ton côté et à tes côtés (quand on a le plaisir de se voir ! ;))
    Bravo pour ce texte. Sujet très intéressant sur lequel il y a long à dire en effet, et je suis d’accord à 100% avec tes réflexions et ton analyse.
    Pour ma part, mes choix personnels sur ce sujet sont très proches des tiens, toutefois je préfèrerais qu’on en parle toutes les deux quand on se reverra… J’ai beaucoup à raconter, mais je suis trop pudique pour tout écrire ici, désolée ^^
    A bientôt donc (tu reviens en mai tu m’as dit ?)
    Et encore un grand bravo pour ce texte,
    La bise,

    Virginie/Lilith.

  6. J’ai vingt ans, ne m’épile ni ne me rase depuis l’été dernier, et je n’ai jamais eu une vie sexuelle aussi active ! Je suis fière et parade les aisselles aux vents et les jambes nues, dans mes minis shorts et talons hauts, j’ai les cheveux rasés à l’arrache et du rouge à lèvre, je ne porte pas de soutien gorge et ai un corps de mannequin d’un metre cinquante… On me traite de pute, de salope, de hippie, on me dit que je suis sale, que je devrais me cacher, me respecter, prendre soin de moi…

    Parce que ma mère m’a toujours interdit le combo talons jupes, j’ai commencé à cesser de me raser, pour pouvoir sortir comme je voulais.

    Je veux plaire aux garçons que je séduis, aux filles que j’approche.
    Je fais toujours le premier pas, parfois je me demande si c’est parce qu’ils et elles ont peur…
    J’ai un appétit sexuel dévastateur, et une grande conscience de ce que la société a fait à toutes les femmes. Je n’arrive pas toujours à concilier les deux.

    Mais les moments ou je me sens le mieux sont quand j’oublie que je suis poilue, presque à poil, avec un débardeur representant un dauphin face à un soleil couchant, ou des paillettes aux bords des yeux.

    Parce que là je peux commencer à être moi.

  7. je suis passée par ici par le biais ‘lesquestionscomposent’, merci pour cette lecture, j’ai beaucoup aimé ! Courage…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :